Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/01/2011

Les 3 Temps du Monde

Il y a d’abord le temps de l’Histoire. Il m’est sympathique ce temps là depuis l’école primaire et les images du livre d’Histoire de France. Et aussi grâce aux personnages des livres et des films : Les 3 Mousquetaires, Thierry la Fronde ou plus loin, Ben-Hur. On peut rêver de ces mondes anciens,  s’y transporter : je vois  du  jaune et chaud chez  les Romains, du vert et de l’humide pour Thierry la Fronde ou Robin des bois, je sens le mouchoir parfumé de la Reine chez les 3 Mousquetaires. En plus on sait comment l’histoire progresse, que Ben-Hur va rencontrer Jésus-Christ, qu’il y aura Napoléon après la Révolution, il n’y  pas d’inquiétude, juste le suspens de chacun de ces épisodes de l’Histoire. Bien sûr, je sais qu’il y a des pros de cette grande Histoire, des gens qui essayent de la changer, des Fernand Braudel qui découvrent la Méditerranée ou d’autres qui tentent d’éclairer  le sombre Moyen-âge. Peu m’importe,  car  pour moi, ce temps de l’Histoire est déjà  arrêté, il est  écrit dans les livres.

Il y a le temps de Maintenant et de Bientôt, l’Histoire en devenir. Ce temps-là est beaucoup plus confus : un grand flot continu d’actualités qui se déverse de ma télé et des journaux , des foules  de gens qui essayent de dégager  un sens de tout cela et qui ne sont pas d’accord , et  finalement le monde qui change  autour de moi, vite, très vite, et dans un sens  toujours différent de ce que l’on avait imaginé.  Est-ce que j’aime ce temps-là dont je ne sais où  il va ? Je ne sais plus trop, j’ai un doute. Mais je peux me permettre ce doute sans trop de vertige,  car j’ai découvert récemment qu’il y avait un troisième temps, j’ai en fait compris que le monde est une valse, pas un rock-en roll.

Le troisieme temps ce n'est pas celui du futur, cela ne serait que de la science-fiction, non, c'est mon temps á moi. Je l’ai longtemps confondu ce temps-là avec le temps de Maintenant. Pendant 50 ans j’étais en prise directe avec le monde, et je n’ai pas vu de différence entre ma pendule et celle du monde. Et puis finalement tel le voyageur d’Einstein je commence à  voir la différence… La modernité m’ennuie souvent, je n’ai pas de Twitter et ma page Face Book est  à   peine remplie… Je tire une grande satisfaction de la découverte  de cette relativité, car bon sang mais c’est bien sûr, ces 2 temps-là  vont s’écarter inexorablement. Mon temps à  moi va continuer de se ralentir, jusqu’à l’arrêt complet dans 50 ans maxi, peut-être beaucoup moins, alors autant le reconnaître dés maintenant. Bien sûr je ne  vais  pas arrêter tout d’un coup toute l’interaction avec le monde : je peux chercher  un bras du grand fleuve du temps de Maintenant, juste un peu plus tranquille, d’où je pourrai observer le mouvement d’ensemble de plus loin et avec une bienveillante ironie. On peut appeler cela la recherche de la sagesse, pour faire bonne mesure car il n’y a pas vraiment le choix : certains qui n’ont pas découvert ce troisième temps s’aigrissent dans une déprime nostalgique et se persuadent  que le Monde va s’effondrer bientôt dans un grand cahot de guerre où de catastrophes écologiques, qu’il ne leur survivra pas. Quel mépris pour les jeunes  générations actuelles qui s’enthousiasment autant que nous á leur âge!

J’ai encore quelque chose à écrire sur cette affaire… sur les mots écrits  justement…   Peut-être que mes mots ne sont  qu’une tentative de garder une trace de mon  troisième temps à  moi et de le relier au troisième temps d’autres qui vont peut-être lire… peut-être que nos  mots écrits sont des fétus qui flottaient sur le grand fleuve et que l’on arrache au deuxième temps pour les jeter sur le bord de la rive. Peut-être que tous les amateurs de mots, les lecteurs et les écrivaillons, sont des êtres du troisième temps, le temps du soir, le temps qui ralentit, le temps du plaisir en attendant la chute.

mots,temps,modernite,valse