Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/09/2010

Un nouveau mot dans le Dico

Waarissienouw ?

 

 

C’est écrit en gros sur une affiche dans la gare de Rotterdam ;  il y a un dessin de vélo en-dessous (un « fiets » comme on dit ici, car le vélo aux Pays-Bas est tellement important  qu’on lui a donné un nom á part qui n’est á rattacher á aucune racine grecque ou latine),  et puis au bas de l’affiche il y a un numéro de téléphone.

 

« Waarissienouw ? »?  Mais qu’est que cela veut dire ? Même pour un Néerlandophone, cela surprend au début. Il faut prononcer ce drole de mot á haute voix pour trouver : « Waar is hij nou ? », « Mais où est-ce qu’il est donc » sous-entendu « ce p… de vélo ? ».  Et on vous explique en petit caractère, que si vous ne le retrouvez plus c’est peut-être qu’il a été enlevé par la police car il était « garé » á un endroit illégal, parce qu’il gênait… Une fourrière á vélo quoi,  cela existe aux Pays-Bas et comme pour l’autre il faut payer une amende pour récupérer le fiets.



 

Ce qui est drôle avec  cette devinette « Waarissienouw ? »  c’est que c’est interrogatif, et que cela incite á trouver la bonne intonation et surtout qu’il y a ce petit mot á la fin « nou» qui ne signifie pas grand-chose mais qu’un Rotterdamois laissera trainer bien longtemps en une diphtongue qui marquera toute sa perplexité, bref c’est rigolo à  prononcer et c’est ce qui fait le plaisir de cette affiche.

 

Cela ne vous rappelle pas quelque chose ?

 

Mais si : Doukipudonktan ?

 

Eh bien, oui, le premier mot de Zazie dans le métro de Raymond Queneau, c’est le même procédé !

 

C’est interrogatif aussi, le « donc » jouer le rôle du « nou » et rajoute une belle allitération au Douk du début. Queneau étant un vrai maître de l’Oulipo, son mot est incomparablement plus réussi que celui des flics de Rotterdam, pas de surprise…

 

Tout fiérot d’avoir fait ce rapprochement et espérant être le premier, j’ai décidé de donner un nom á ce que je peux appeler une famille de mots, il y a deux exemples... Je propose de les appeler des « Binsekwasmonymes ». Par la même occasion, en une autoréférence Godelienne, j’incrémente  á trois le compteur des  binsekwasmonymes. Ceci me conforte dans ma décision d’avoir trouvé un nom pour cette nouvelle espèce de notre bestiaire des mots, á cote de l’onomatopée et de l’oxymore (qui n’est pas loin d’être un Binsekwasmonyme grec lui-même d’après certaines informations).

 

Bon voilà, c’est plutôt une bonne  journée pour moi:  j’ai inventé mon premier mot, et je le depose dans ce blog! Vous lecteur,  vous avez la possibilité, si vous êtes rapide…  de devenir le second utilisateur de ce nouveau  mot en inscrivant un commentaire á cette note, et donc de laisser aussi une trace dans la grande aventure des mots. Si vous me trouvez un quatrième Binsekwasmonyme, en quelque langue que ce soit, vous passez carrément á la postérité.

      

 

17:39 Publié dans Lexicographie | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : mot, queneau, oulipo, velo

Commentaires

ipudonktanducul est le premier binsekwasmonyme qui me vient à l'esprit pour répondre à Zazie... Je suppose que c'est au grand maitre de décider ci ce mot est effectivement un binsekwasmonyme ou simplement un fozami. En tous cas, tout ceci est bien rafraîchissant et me change des kébékwacysmes (ou est-ce kébékwanysmes, maioukédonkmondico?) qu'on entend par ici... "la job", la "blonde", la "game", le "chum"... Ils ont aussi quand même au moins un binsekwasmonyme, et un vrai, véritable, officiel... se faire enfirouâper qui veut dire se faire embobiner, se faire rouler et qui vient de l'anglais (un binsekwasmoanglicysme en quelque sorte) "in fur wrapped", se faire enrouler dans de la fourrure, qui ramène à l'époque des trappeurs...

Écrit par : Nicolas | 17/06/2012

Les commentaires sont fermés.