Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/12/2007

Fugue Marine

L'autre jour j'étais à Cassis sur la jetée du port et j'ai observé une curieuse régate. 4 bateaux aussi différents les uns des autres que l'on puisse imaginer. Ils ont viré ensemble la balise de sortie du port.  

 Le premier était une barcasse de pêcheurs, de gros types, barbus presque tous, costauds et  pas le genre très fin. Ils naviguaient droit dans la houle, insensibles aux paquets mer qui leur arrivaient dans la figure. Pom, pom, pom, pom, pom, pom, pom, pom, pom, ronronnait le gros moteur 2 temps de la barcasse. Cap à l'ouest, tout droit, raide à la mer.  

 Le deuxième naviguait aussi au moteur, mais il était du genre civilisé, une jolie vedette de plaisance. Equipage de mecs aussi, quelques barbus également mais de style plus  intello. Ils composaient avec la houle, faisaient des fioritures, montaient de biais, regardaient la vue d'en haut et hop se mettaient dans la déferlante pour surfer la descente. 2 beaux moteurs 4 temps à l'arrière. Joli bruit qui passait par des aigus en montant sur la crête, ne va t'il pas s'emballer, et repassait par  les graves dans le surf. Cap à l'ouest aussi, mais route en festons.  

Le troisième était une  jolie goelette tout en bois verni, bien équilibrée. De grandes et belles filles formaient l'équipage, et cela s'activait ferme à la manoeuvre. Elles tiraient des bords avec technique et rigueur, sans trop d'inspiration peut-être, mais elles passaient dans la houle avec finesse. Le navire était tout en voiles blanches qui vibraient au vent en un joli trémollo. Cap à l'ouest, route de bords.  

Mais tous étaient éclipsés par le grand sloop acéré comme une épée. Il brodait autour des autre une route compliquée, sortait un grand spi coloré et ressemblait alors à un papillon puis serrait toutes voiles et remontait au plus près dans un sifflement de vent. De beaux brins de filles aussi à la barre, un peu moins grandes peut-être. Et d'humeur variable,  tantôt  tendres amoureuses,  tantôt femmes fatales. Cap à l'ouest, mais par une route toute en apparence, 3 fois plus longues que celles des autres.  

367ae1efc22fd99bcc606f4bbdb6a61d.jpg

Malgré ces jauges si différentes et  les allures contrastés, tous les 4 ont viré ensemble au loin le grand phare, je les ai vus à la jumelle,  puis sont revenus en mêlant de nouveau leurs routes. Ils sont arrivés ensembles à  la bouée d'entrée du port. Euh, presqu'ensemble car j'ai entrevu  l'amirale de la flotte qui semblait trouver  à redire à la  manoeuvre, mais pour moi c'était une belle harmonie de... Sillages.

 

Texte écrit pour la gazette de la chorale  Sillages d'Aix-en-Provence.